La démographie de la région
ATSINANANA
Découvrez tout le potentiel de la région ATSINANA
Présentant une forte densité de population, la région abrite 5,6% de la population nationale, dont la grande majorité plupart se situent au sein du district de Toamasina. Plus de la moitié de la population active, notamment les 52%, sont des femmes. En ce qui concerne le secteur de l’éducation, notamment le taux d'alphabétisation, la situation au sein de la région d'ATSINANANA est meilleure que dans l’ensemble du pays; un taux qui s’élève à 71,40%. Le niveau d’instruction de la population est dans la moyenne. Ceci dit, la plupart jouissent du taux de qualification primaire. Résultant de la qualité du sol au sein de la région, l’agriculture représente l’une des activités les plus pratiquées pour la plupart des travailleurs.
Climat : chaud et humide
Relief : Mosaïque de paysages
1/20
Part de la population de la région
31,3
Âge moyen
42,5%
Taux d'alphabétisation
Les infrastructures de la région
ATSINANANA
87,9 % se trouvent à 11km et plus
Distance entre les villes
1 terrain d'aviation bitumé
Transport aérien
1 088kWh
Puissance fournie pour l'électricité
1 000m3
Capacité d'eau fournie
ATSINANANA
30 C°
09:03
vendredi 05 mars 2021
Activités économiques
ATSINANANA
Un secteur qui tend à être développé
Omniprésent au sein du territoire, l’élevage de volailles figure parmi les activités de base de la région. La région possède également des vétérinaires en guise d’appui aux éleveurs Les élevages de poules se pratiquent, pour la plupart des cas, afin d’assurer l’autoconsommation du ménage; tandis que l’élevage des oies et des dindes est plutôt à vocation commerciale. En ce qui concerne l’élevage porcin, trois districts de la région (Vatomandry, Mahanoro et Marolambo) sont actuellement dans cette pratique. Il est du type traditionnel et familial. 

Egalement présent dans les zones de la région, l’élevage bovin est surtout lié aux activités agricoles, mais il est également destiné à la boucherie. 

Un secteur d’activité en pleine expansion
Bordée par l’océan Indien et jalonnée de fleuves et rivières, la pêche est devenue une pratique assez commune au sein de la région, dont la pêche traditionnelle, la pêche artisanale et la pêche industrielle sont les plus abondantes. La rizipisciculture constitue la forme de pêche la plus importante au sein de la région (62,75 %), ensuite la pisciculture (45,1%) et la pêche en eau douce (21,57%).  En matière de pêche industrielle, la capacité de production de la région est dans la

moyenne. Les poissons d’accompagnement (autrement connu comme la production secondaire de la pêche industrielle crevettière) sont à 238,4 tonnes, les poissons en lignes à 527,4 tonnes et les crevettes à 95,2 tonnes

L’aptitude de la région dans la pratique de la pêche permet ainsi à l’approvisionnement des autres localités comme Antananarivo, Antsirabe, Moramanga ou Morondava.

Quantité de production satisfaisante, la région se permet également de participer à l’exportation de leurs produits de pêches. Ceci dit, ce secteur joue un rôle important dans l’économie malgache. Il faut savoir que la région bénéficie d’une somme assez important (entre 2 745 millions et 8 704 millions d’Ariary entre 2001 et 2010) en échange d’une quantité de produits de pêches à exporter (249 tonnes et 579 tonnes entre 2001 et 2010). 

Comment évolue le secteur de la télécommunication au sein de la région ?
L’évolution technologique actuelle permet à tous de profiter des avantages qu’apporte la télécommunication. Désormais, la distance s’est amoindrie et la communication entre deux entités de région ou commune différentes est plus aisée.

Pour le cas de la Région d’ATSINANANA, tous les districts ont accès au réseau. L’utilisation de ce réseau varie d’une commune à une autre, dont la plupart se cumulent dans l’utilisation de téléphones mobiles (42,9%), une partie se concentre dans la communication chef-lieu commune par BLU (25%), certains font usage de leur téléphone fixe (20,2%), une petite  partie a accès à internet (6%) et l’accès au cybercafé ou centre télé n’est pas assez commun (2,4%).   

Desservi par les trois principaux opérateurs de la grande île (Telma, Orange et Airtel), la               région dispose d’une bonne qualité de réseau en général.  D’ailleurs, 65% de la région ATSINANANA est couvert par le réseau 3G et 11% par le réseau 4G. 

La fibre a également été lancée au sein de la région (district de Toamasina,  Brickaville, Vatomandry, Mahanoro).

D’ailleurs, la région de Toamasina est la seconde ville à bénéficier du réseau 5G de Telma.   La région profite aussi de 246 places de wifi dans des zones publics, dont 81 à Mahanoro, 82 à Toamasina et 83 à Foulpointe.   

Source: Mémento du Numérique ARTEC 2018

Le tourisme, un atout de la région
Abritant des espèces faunistiques et floristiques endémiques, la région d’ATSINANANA fait la fierté de son pays par la beauté de son environnement naturel. Forêt dense et large choix des sites touristiques à découvrir, la région d’ATSINANANA figure désormais parmi les principales destinations des touristes ou voyageurs locaux. Ambila-Lemaitso, Akanin’ny Nofy, Foulpointe, Mahambo, Manambato, Palmeraie de l’Irondro, Vohibola,… sont des places attractives qui promettent de promouvoir le secteur du tourisme. 

Etant donné l’ampleur du secteur du tourisme sur le territoire, la région d’ATSINANANA possède un Office Régional du Tourisme afin de garantir la promotion durable de ce secteur, autrement connu par son nom officiel « Office Régional du Tourisme de Toamasina” (ORTT). Outre les espèces naturelles flamboyant la région d’ATSINANANA, l’amplification du tourisme résulte de la qualité de la route nationale 2 (RN2), de la capacité d’accueil du territoire et de la diversité des liaisons aériennes. L’hébergement n’est d’autant pas plus un problème car 24 hôtels catégorie étoile et 179 hôtels catégorie Ravinala s’y situent. De plus, pour garantir la qualité des voyages de tous, 8 agences de voyages sont sur les lieux, prêt à offrir leur service. 

Les activités de transformations participent à l’amplification de la région
Dotée d’une vocation économique, la région ATSINANANA atteste le développement de son territoire. D’ailleurs, des activités de transformation de la région ont été constatées, dont le textile (1,5%), la bijouterie (5%), la transformation de bois (4,5%), la menuiserie (7,9%),

La décortiquerie (0,5%), les travaux métalliques (2,7%) et autres (2,4%). Figurant également parmi les principaux produits d’exportation, l’exploitation du Nickel au sein d’Ambatovy figure parmi les principales activités de transformation de la région. 

De plus, la région possède une potentialité dans la production et commercialisation d’huile essentielle, notamment de l’huile de NIAOULI ainsi que de l’huile de CANNELLE. Réseau de distribution présent à Vatomandry, la région bénéficie aussi de la production de culture de fleurs Ylang Ylang. 

L’amplification du commerce au sein de la région
Étant majoritairement destinés à des fins commerciales, les produits agricoles occupent une place importante au sein du marché. Secteur prisé, plus de la moitié des communes accordent une importance capitale au commerce, notamment 70,24%, ont une place de marché et 41,67% des produits principaux de la région sont destinés  à la vente. 

En ce qui concerne les formes de commerce, trois axes phares sont identifiées, dont la plus importante est la vente aux consommateurs (26,19%), la vente aux intermédiaires s’ensuit, et enfin le commerce de gros (10,71%). 

Potentiels économiques
ATSINANANA
Annuaire

Découvrez les entreprises de la région et constituez vous votre réseau d’affaire

Pour aller plus loin…
Notre équipe est disponible pour vous fournir des informations et vous guider pour vos investissements à Madagascar